Muraho OPDE

Premier contact avec l’OPDE aujourd’hui. On marche pour s’y rendre. On découvre un peu notre quartier, notre umudugudu.  La route est magnifique. La terre orangée, les collines qui nous entourent. La diversité des arbres, les immenses plantes & les fleurs.

Une jolie pancarte de bois posée dans cette abondante & verdoyante végétation rwandaise nous annonce la mission de l’organisme. On entre doucement par ce chemin qui nous permet de descendre de grandes escaliers de pierre et d’entrer dans le domaine le plus doux, chaleureux et à la fois vivant et adorable. On aperçoit d’abord une première bâtisse de briques pâles aux abords sérieux et propres. Puis, un visage d’enfants curieux surgit d’un côté d’une autre bâtisse à peine plus loin. On continue de descendre ce terrain en pente garnis de grands arbres bien verts. Des petites haies biens taillées, des buissons en fleurs. On a l’impression qu’on descend une cascade de végétation. C’est dimanche, alors il y a des enfants ça et là, qui jouent ensemble tranquillement. L’OPDE est construit sur une colline, et tout au bas il possède un magnifique et immense terrain plat qui offre en tout temps à ceux qui s’arrêtent un paysage à couper le souffle. L’un des plus beaux que j’aurai vu.

On retrouve à travers les différentes bâtisses des enclos de vaches, de cochons et de lapin. Des plantations de toutes sortes également: des patates douces aux arbres lourds de fruits encore verts.
Plusieurs organismes tels que l’OPDE au Rwanda essaient  d’être ainsi quasi autosuffisant.

L’air était chaud et devenait lourd sur la route, mais à l’OPDE, entouré de toute cette végétation et de ces bâtisses briquetées, l’air est bon et rafraîchissant. On respire plus librement.

Claudien nous fait visiter quelques unes des installations. On descend tout en bas, c’est magnifique. On s’émerveille tous et on reste sans mot.  Le soleil brille dans le ciel immense et ses rayons donnent des teintes tout à fait enivrantes au portrait qui se dresse devant nous. À la tendre verdure des bananeraies et aux champs environnants.
C’est indéniablement le plus magnifique des milieux de travail et j’ai encore du mal à croire que c’est ici que je travaillerai pour les neufs prochaines semaines.

On entre en contact informellement avec plusieurs des enfants et on pratique les salutations en kinyarwanda.
Jayson et Jacinthe mettent de la musique sur leur cellulaire pour danser et faire danser les petits.  La musique, quoi de plus rassembleur… Au début, les moins timides se lancent, mais rapidement c’est presque tous les enfants qui s’y mettent. Moment magique, merveilleuse rencontre avec les enfants que nous côtoieront tout l’été.  Leurs sourires & leurs yeux rieurs nous touchent droit au coeur… c’est un tableau émouvant.

Puis, comme si ça n’était pas assez parfait, un arc-en-ciel traverse le ciel là devant nous, derrière les enfants qui dansent, les arbres & collines.

4e journée au pays des milles collines. Qui est très certainement aussi le pays des milles sourires.

1Q0A22361Q0A22431Q0A22451Q0A22511Q0A22521Q0A22551Q0A22591Q0A22681Q0A23201Q0A23191Q0A22921Q0A23061Q0A23131Q0A22851Q0A22881Q0A22751Q0A22771Q0A22811Q0A23421Q0A2321

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s